Toponymie et transfert du territoire hindou à l’île Maurice

La toponymie est un vecteur privilégié de transfert des territoires, notamment en contexte de migration. A l’île Maurice, la plupart des villes, villages et lieux-dits portent des noms français (Mahébourg, St Pierre, Rivière-du-Rempart), voire anglais (Rose Hill, Goodlands). La dénomination du village d’après le « camp » de l’usine sucrière reste également très présente (Camp Pavé, Camp de Masque, Camp Diable). Mais malgré l’assimilation de l’île Maurice à « Little India » (ou Chota Bharat en hindi), «Petite Bénarès » ou « India abroad » (pour les prospectus touristiques), peu de localités mauriciennes portent des noms rappelant le lien avec l’Inde, à l’exception de cette « Bénarès » et d’un « Bramsthan » à l’est de l’île.

Les noms de rues, par contraste, renvoient très souvent à l’Inde (rues Mahatma Gandhi, Nehru ou Indira Gandhi) et à l’hindouisme (kalimai road, Telugu temple road, Arya mandir road, etc.). Les noms des lieux de culte et divinités locales hindoues sont, eux, systématiquement reliés à l’Inde (tel pour le Madurai Minakshi kovil à Port-Louis).

 

1.  Au Sud de l’île Maurice, panneau d’entrée d’un village nommé d’après la ville sainte indienne, et entouré des champs de canne à sucre. Sur le bord de la route, les fleurs jaunes des buissons d’allamanda, associées au culte hindou dont elles constituent l’une des principales offrandes.

 

 

 

 

2. Dans le village de Cottage (île Maurice), rue nommée d’après le « temple », ici le kovil (temple tamoul) présent à l’arrière-plan.

 

 

 

 

3. Près du village d’Espérance-Trébuchet (île Maurice), au milieu des champs de canne, kalimai (autel de plantation) portant à son fronton l’inscription « Welcome to Vrindavan » [lieu de pèlerinage de Krishna en Inde].

 

Publié par Mathieu Claveyrolas (CEIAS), auteur des photographies (tous droits réservés).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *