La reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à l’Ile Maurice, 29 septembre 2011

Pierre-Yves TROUILLET, Post-doctorant (IFP, CEIAS)

La reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à l’Ile Maurice, ou la reconstruction religieuse du territoire en situation de diaspora. Discutants: Stefania Capone (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre) et Gilles Tarabout (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre).

Résumé de l’intervention

L’existence de ce que de plus en plus d’auteurs nomment « une diaspora hindoue » et la multitude de temples hindous présents aujourd’hui hors de l’Inde invitent à s’interroger sur les modalités de la reterritorialisation de l’hindouisme en situation de diaspora. Dans cette optique, la présentation évoque le cas des Mauriciens hindous d’origine tamoule.

L’arrivée des Tamouls et l’introduction de leurs cultes à Maurice remontent au moins au XVIIIe siècle, bien avant l’engagisme et l’arrivée massive de travailleurs indiens majoritairement originaires du nord de l’Inde, venus remplacer les esclaves dans les plantations. Si les engagés nord-indiens et sud-indiens prient d’abord aux mêmes sanctuaires au XIXe siècle, l’accès à la terre entraîne ensuite une communautarisation progressive des lieux de culte des Tamouls hindous.

Le XXe siècle est marqué par l’ascension puis la domination politique des Hindous bhojpuriphones qui promeuvent un hindouisme de tradition sanskrite et nord-indienne, excluant implicitement, et dénigrant parfois, l’hindouisme dravidien. En réaction, les Tamouls se réclament d’une religion distinctement « tamoule » et non plus hindoue, ce qui alimente l’ethnicisation de l’hindouisme mauricien et conduit à l’apparition de nouvelles catégories ethnoreligieuses dans le recensement national au début des années 1980.

Cette affirmation identitaire des Tamouls de Maurice durant le XXe siècle se traduit aussi par une “renaissance” culturelle et religieuse, qui se manifeste par une multiplication des célébrations des fêtes dédiées aux divinités sud-indiennes, par un développement de l’enseignement de la langue tamoule, par la tenue de conférences internationales sur la culture et la diaspora tamoules, et surtout par une tendance de rénovation et d’orthodoxisation des temples tamouls (kôvil) dans le style « dravidien » (i. e. fondées sur les Âgama).

La multitude de lieux de culte ancrés dans le sol mauricien par les Tamouls depuis le XIXe siècle marque le paysage et participe à l’inscription et à l’affichage de l’identité distinctement tamoule dans le territoire national. Cette reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à Maurice est d’autant plus indissociable de la reconstruction religieuse du territoire des Tamouls dans l’île créole, que dans ce processus, le territoire d’origine est souvent imité voire reproduit. Plantations, villes et villages mauriciens sont protégés par des déesses tutélaires de localité issues du pays tamoul, et la majorité des temples et processions tamoules dédiée à des divinités originellement ancrées dans le territoire d’origine, telles que Draupadî-Amman et Murugan. Certains kôvil de l’Ile Maurice sont même reconnus comme les répliques de grands temples existant au pays tamoul, à commencer par le « Palani de Maurice » à Quatre-Bornes, surnommé ainsi en référence au célèbre temple collinaire de Murugan au Tamil Nadu.

Le « Palani de Maurice » sur le versant de la montagne Corps-de-Garde (Quatre-Bornes, Octobre 2008, © P-Y Trouillet)

Bibliographie :

CARSIGNOL, A., 2009, La diaspora et l’État-nation sur la scène internationale : Une étude de la population indienne à l’île Maurice et au Canada, Thèse de doctorat, Université de Genève, 496 p.

CHAZAN-GILLIG S. & P. RAMOTHA, 2009, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation : cultes populaires indiens et religion savante. Karthala-MGI-IRD, Marseille, Moka, 522 p.

CHEMEN, J., 2003, « Ethno-Religious Identity : A Study of Tamils in Mauritius ». Journal of Mauritian Studies, Moka, pp. 34-49.

DORY, D., VERDIER, R. & J.F. VINCENT (éd.), 1995, La Construction religieuse du territoire. L’Harmattan, Paris, 379 p.

RUKMANI, T.S. (éd.), 2001, Hindu Diaspora : Global Perspectives. Munshiram Manoharlal Publishers, New Delhi, 473 p.

SELVAM, S., 2003, « Religion and Ethnicity in the Indian Diaspora: Murugan Worship among Tamil-Hindus in Mauritius ». Journal of Mauritian Studies, Moka, pp.1-33.

VERTOVEC, S., 2000, The Hindu Diaspora : Comparative Patterns, Routledge, London, 172 p.


Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website

Publié par

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *