Séance du 9 février 2012, CEIAS-EHESS, Paris

La prochaine séance de l’équipe se tiendra jeudi 9 février 2012 de 10h00 à 13h00 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, en salle 662.

Nous aurons le plaisir d’entendre les interventions suivantes :

– Christine GUILLEBAUD (ethno-musicologue, CNRS/LESC-CREM, Université Paris Ouest-Nanterre)

L’ingénierie sonore du rituel : étude de quelques dispositifs spatiaux-phoniques en Inde du Sud, discutée par Jean-Claude GALEY (EHESS/CEIAS)

Les récents travaux en anthropologie du sonore abordent chacun à leur manière la question des propriétés sensibles des sons ambiants, les modalités socio-culturelles de construction du temps et de l’espace, ou encore la force du sonore à créer du lien communautaire. C’est en tenant compte de ces dimensions fondamentales que cette présentation interrogera certains lieux de culte en Inde du Sud : un temple aux divinités serpents (Mannarsala, Kerala) et différents temples à Siva au Tamil Nadu. Il s’agira de comparer ces espaces et de dégager des logiques communes d’organisation du sonore, en tenant compte des dispositifs techniques de diffusion (instruments, cloches, enregistrements etc.), de leur distribution spatiale et perceptive, ainsi que des discours contrastés dont ils font l’objet.

– Savitri JALAIS (architecte, IPRAUS, Université Paris-Est)

Le front du Gange à Bénarès : de l’unité d’un ghāṭ à la composition d’une berge sacrée, discutée par Caterina GUENZI (EHESS/CEIAS)

Les ghāṭ – berges en forme de gradins, répandues dans l’architecture de l’eau en Asie du Sud, épousent de près à Bénarès, le long du Gange, la berge escarpée de sa rive gauche. Ils permettent l’accès à l’eau quel que soit son niveau, entre crue et étiage, réunissant la ville au fleuve ou, tout particulièrement, dans le contexte de Bénarès, le temple au fleuve sacré. Les traces du déplacement entre ces deux éléments sont inscrites dans la topographie du lieu et créent peu à peu un passage qui aboutit à la construction en pierre d’un ghāṭ. Avec la construction progressive de la berge, à ces premiers passages transversaux s’ajoute un parcours longitudinal sur l’ensemble du front fluvial de la ville. Le développement de ce front d’eau dans le temps et la manière composite dont les éléments architecturaux s’articulent, interrogent aujourd’hui cette grande unité urbaine. Quel est le potentiel urbanistique du dispositif spatial des ghāṭ inhérent à son développement dans le temps et le long de la berge ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *