Pèlerinages, voyages rituels et inscription territoriale chez les Kulung du Népal – 26 mars 2013

Grégoire SCHLEMMER (ethnologue, IRD)

Pèlerinages, voyages rituels et inscription territoriale chez les Kulung du Népal

Résumé de l’intervention:

Chez les Kulung, un groupe tribal de l’Himalaya népalais, de nombreux rituels impliquent des voyages rituels. Il s’agit d’incantations décrivant un voyage, l’officiant récitant une série de noms de lieux qui forment autant d’étapes, qu’il entreprend généralement en vue d’aller chercher un bienfait ou de ramener un esprit fauteur de trouble à son lieu d’origine. En cela, ces voyages rappellent la notion de pèlerinage. Leur étude révèle toute une géographie, qui nous renseigne sur les représentations des lieux et territoires habités et connus par les Kulung. On y retrouve l’importance de l’espace domestique et sa structuration interne, l’espace du village et de la vallée, les notions  d’amont (source de bienfaits) et d’aval (où l’on rejette les infortunes), ainsi que les différents lieux occupés par d’autres groupes d’où il faut ramener les esprits qui en sont issus. Ces rituels semblent reposer sur l’idée qu’un être — humain comme esprit — est en parti constitué par son lieu d’origine et par le chemin d’où il vient.

L’analyse de ces voyages et de la géographie dans laquelle ils se déploient révèle un fort contraste entre le territoire kulung proprement dit – l’espace sur lequel s’exerce(ait) la juridiction politique et foncière des Kulung – et qui est un lieu pacifié et pourvoyeur de prospérité sous l’égide protectrice des ancêtres, versus ce qui lui est extérieur, source de danger. Ces rituels se fondent néanmoins sur une logique d’ouverture nécessaire sur ces lieux de l’altérité, d’où proviennent les maux, mais aussi, potentiellement, les femmes et les biens (via le commerce).

C’est à la lumière de ces conceptions de l’espace que j’ai approché les pèlerinages que les Kulung effectuent depuis quelques générations seulement, qui se situent sur des sommets de montagnes situés en dehors du territoire Kulung – espace de l’autorité politico-foncière d’une communauté de descendants des ancêtres défricheurs — et qui constituent des lieux de rassemblement pluriethnique. Si territoire ils marquent, c’est ceux, régionaux voir nationaux, qui se construisent autour d’une forme de religiosité supra-ethnique qui dépasse et transcende l’ancrage locale des communautés singulières.

Officiant réalisant un voyage rituel sub-aquatique durant le rituel dedam (village de Bung, Népal, 1998)
Officiant réalisant un voyage rituel sub-aquatique durant le rituel dedam (village de Bung, Népal, 1998)

Références:

Allen, Nicholas. 1972. « The Vertical Dimension in Thulung Classification », Journal of the Anthropological Society of Oxford, III, pp. 81-94.

Allen, Nicholas. 1974. « The Ritual Journey: a Pattern Underlying Certain Nepalese Rituals », in: FÜRER -HAIMENDORF Ch. von, Contributions to the Anthropology of Nepal, Warminster, Aris and Phillips Ltd., pp. 6-22.

Bickel B. ; Gaenszle M. eds. 1999, Himalayan Space : cultural horizons and practices. Zürich : Völkerkundemuseum der Universität Zürich.

Driem, George van. 1993. A Grammar of Dumi. Berlin : Mouton, de Gruyter.

Gaenszle 2001 « Life Journeys: Rai ritual healers’ narratives on their callings » EBHR 20-21

Gaenszle, Martin. 1994. « Journey to the Origin: A Root Metaphor in a Mewahang Rai Healing Ritual », in: ALLEN M., Anthopology of Nepal: Peoples, Problems and Processes, Kathmandu, Mandala Book Point, pp. 256-268.

Sagant, Philippe. 1973. « Prêtres limbu et catégories domestiques », Kailash, I, n. 1, pp. 51-75.

 


Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website

Publié par

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *