Parution: Territoires du religieux dans les mondes indiens. Parcourir, Franchir, Mettre en Scène (2016)

Claveyrolas, M. et Delage, R., eds (2016) Territoires du religieux dans les mondes indiens. Parcourir, mettre en scène, franchir. Editions de l’EHESS (coll. Purusartha 34), Paris, 339 p.

Cet ouvrage, qui regroupe douze contributions originales (anthropologiques, géographiques mais aussi historiques et architecturales), vient sanctionner le travail collectif de l’atelier TERAS (2010-13).

L’ensemble des contributeurs se sont attachés plus précisément à rendre compte des liens que tisse le religieux avec les différents modes d’organisation sociale et spatiale qui président à la construction  des territoires et des identités collectives, tout en mesurant l’importance de la mémoire collective dans la co-fondation des lieux saints. Parcourir, Mettre en scène, Franchir, résument les axes de réflexion dont le mouvement est l’un des fondements. Le voyage rituel et la migration, l’itinérance ascétique, les pèlerinages et les processions impliquent le franchissement de seuils et de limites. L’exploration de ce type d’interfaces constitue alors l’un des principaux enjeux de l’analyse territoriale des faits religieux. Mais ces interfaces ne sont-elles pas aussi le lieu d’une émergence de formes hybrides de religiosité, voire de réactualisation et de réinvention des rapports des sociétés aux territoires ?

Sommaire

Introduction

Du lieu saint au territoire du religieux

Émilie Arrago-Boruah: Sur les pas de Kāmākhyā. Les śākta pīṭha en Assam
Pierre-Yves Trouillet: Du temple aux territoires. Paḻani en Inde du Sud et dans la diaspora 
Mathieu Claveyrolas: Les territoires de l’hindouisme mauricien. L’Inde, la mer, la plantation et la nation 

Le religieux et le territoire en mouvement : itinérance et circulations rituelles

Véronique Bouillier : Enracinement monastique et itinérance. L’exemple des Nāth Yogīs   
Rémy Delage : Soufisme et espace urbain. Circulations rituelles dans la localité de Sehwan Sharif    

Les dispositifs de mise en scène du territoire

Savitri Jalais : Le front du Gange à Bénarès. La matérialisation d’une berge sacrée  
Catherine Servan-Schreiber : Musiques dévotionnelles hindoues dans l’espace public à l’île Maurice   

Grégoire Schlemmer: Voyageurs immobiles. La géographie idéelle des Kulung Rai du Népal 

Au-delà du territoire : limites, seuils et franchissements

Catherine Clémentin-Ojha : Kālāpānī ou les limites à ne pas franchir. Le voyage en Angleterre du maharaja de Jaipur (1902)   
Michel Boivin : Migration et soufisme chez les hindous sindhis de l’Inde. D’après l’exemple du darḅār de Sā’īn Rochaldās à Ulhasnagar 
Olivier Herrenschmidt : Le destin humain d’une déesse villageoise en Andhra côtier. Une histoire d’avatars 

 

 

Pèlerinages, voyages rituels et inscription territoriale chez les Kulung du Népal – 26 mars 2013

Grégoire SCHLEMMER (ethnologue, IRD)

Pèlerinages, voyages rituels et inscription territoriale chez les Kulung du Népal

Résumé de l’intervention:

Chez les Kulung, un groupe tribal de l’Himalaya népalais, de nombreux rituels impliquent des voyages rituels. Il s’agit d’incantations décrivant un voyage, l’officiant récitant une série de noms de lieux qui forment autant d’étapes, qu’il entreprend généralement en vue d’aller chercher un bienfait ou de ramener un esprit fauteur de trouble à son lieu d’origine. En cela, ces voyages rappellent la notion de pèlerinage. Leur étude révèle toute une géographie, qui nous renseigne sur les représentations des lieux et territoires habités et connus par les Kulung. On y retrouve l’importance de l’espace domestique et sa structuration interne, l’espace du village et de la vallée, les notions  d’amont (source de bienfaits) et d’aval (où l’on rejette les infortunes), ainsi que les différents lieux occupés par d’autres groupes d’où il faut ramener les esprits qui en sont issus. Ces rituels semblent reposer sur l’idée qu’un être — humain comme esprit — est en parti constitué par son lieu d’origine et par le chemin d’où il vient.

L’analyse de ces voyages et de la géographie dans laquelle ils se déploient révèle un fort contraste entre le territoire kulung proprement dit – l’espace sur lequel s’exerce(ait) la juridiction politique et foncière des Kulung – et qui est un lieu pacifié et pourvoyeur de prospérité sous l’égide protectrice des ancêtres, versus ce qui lui est extérieur, source de danger. Ces rituels se fondent néanmoins sur une logique d’ouverture nécessaire sur ces lieux de l’altérité, d’où proviennent les maux, mais aussi, potentiellement, les femmes et les biens (via le commerce).

C’est à la lumière de ces conceptions de l’espace que j’ai approché les pèlerinages que les Kulung effectuent depuis quelques générations seulement, qui se situent sur des sommets de montagnes situés en dehors du territoire Kulung – espace de l’autorité politico-foncière d’une communauté de descendants des ancêtres défricheurs — et qui constituent des lieux de rassemblement pluriethnique. Si territoire ils marquent, c’est ceux, régionaux voir nationaux, qui se construisent autour d’une forme de religiosité supra-ethnique qui dépasse et transcende l’ancrage locale des communautés singulières.

Officiant réalisant un voyage rituel sub-aquatique durant le rituel dedam (village de Bung, Népal, 1998)
Officiant réalisant un voyage rituel sub-aquatique durant le rituel dedam (village de Bung, Népal, 1998)

Références:

Allen, Nicholas. 1972. « The Vertical Dimension in Thulung Classification », Journal of the Anthropological Society of Oxford, III, pp. 81-94.

Allen, Nicholas. 1974. « The Ritual Journey: a Pattern Underlying Certain Nepalese Rituals », in: FÜRER -HAIMENDORF Ch. von, Contributions to the Anthropology of Nepal, Warminster, Aris and Phillips Ltd., pp. 6-22.

Bickel B. ; Gaenszle M. eds. 1999, Himalayan Space : cultural horizons and practices. Zürich : Völkerkundemuseum der Universität Zürich.

Driem, George van. 1993. A Grammar of Dumi. Berlin : Mouton, de Gruyter.

Gaenszle 2001 « Life Journeys: Rai ritual healers’ narratives on their callings » EBHR 20-21

Gaenszle, Martin. 1994. « Journey to the Origin: A Root Metaphor in a Mewahang Rai Healing Ritual », in: ALLEN M., Anthopology of Nepal: Peoples, Problems and Processes, Kathmandu, Mandala Book Point, pp. 256-268.

Sagant, Philippe. 1973. « Prêtres limbu et catégories domestiques », Kailash, I, n. 1, pp. 51-75.

 

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website

Séance du 26 mars 2013, CEIAS-EHESS, Paris

La prochaine séance de l’équipe se tiendra mardi 26 mars 2013 de 9h30 à 12h00 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, en salle 662.

Nous aurons le plaisir d’entendre les interventions suivantes :

Rémy DELAGE (géographe, CNRS/CEIAS – CSH, Delhi),

Soufisme et espace urbain : lieux et circulations rituelles dans la localité de Sehwan (Sindh)

Il sera question de décrire ici la localité de Sehwan, située le long de la vallée de l’Indus, en examinant tout d’abord la topographie du culte d’un saint soufi et le développement de l’espace urbain. Nous verrons ensuite comment le système des processions rituelles s’organise localement à l’occasion de deux évènements majeurs du calendrier rituel : la fête d’anniversaire de la mort du saint (`urs) et la commémoration du martyre d’Husayn à Kerbala (Ashûra). L’étude du déroulement contrasté de ces deux évènements, l’un fortement régulé par l’institution de l’Awqaf et l’autre, marqué et polarisé par la concurrence entre plusieurs groupes, nous amènera à questionner le rôle du chiisme dans la construction d’un lieu saint soufi.

Grégoire SCHLEMMER (ethnologue, IRD),

Pèlerinages, voyages rituels et inscription territoriale chez les Kulung du Népal

L’exposé partira d’une présentation générale de l’inscription spatiale, et plus spécifiquement territoriale, des pratiques religieuses kulung, un groupe tribal de l’Himalaya népalais, pour présenter ensuite la manière dont les pèlerinages s’inscrivent dans ce tableau, défendant l’idée qu’ils ne s’articulent pas avec la notion de territoire, ou alors en contraste. La finalité de ces pèlerinages peut s’éclairer par leur mise en regard avec les voyages rituels, qui impliquent un déplacement par le verbe, que l’on présentera en détail.

Dans l’espoir de vous retrouver mardi 26 mars,

Bien cordialement,

Mathieu Claveyrolas & Rémy Delage

Séance du 18 octobre 2012, CEIAS-EHESS, Paris

La prochaine séance de l’équipe se tiendra jeudi 18 octobre 2012 de 9h30 à 12h00 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, en salle 662.

Nous aurons le plaisir d’entendre les interventions suivantes, dont les résumés seront mis en ligne très prochainement:

Michel BOIVIN (historien, CNRS/CEIAS), Comment le soufisme détermine-t-il les lieux saints sindhis en Inde

En 1947, près d’un million d’hindous ont quitté le Sindh devenu pakistanais pour émigrer en Inde. Majoritairement établis dans la région de Bombay, le Gujarat, le Rajasthan et Delhi, leurs coreligionnaires les ont souvent taxés de ‘mauvais hindous’ à cause de la vénération qu’ils avaient pour les soufis du Sindh. Cette communication propose d’examiner quel rôle jouent les référents soufis dans l’organisation des lieux saints ou darbars des Sindhis en Inde. Située dans une perspective de moyenne durée, l’analyse s’appuiera sur l’étude de trois darbars : Mulchand Faqir, Nimano Faqir et Rochaldas. Elle sera principalement centrée sur l’organisation de l’espace, mais également sur l’insertion d’autres référents soufis dans l’iconographie et la pratique quotidienne et festive des rituels.

Raphaël VOIX (ethnologue, post-doctorant CEIAS), Une secte bengalie en territoire hindou : le cas du Bharat Sevashram Sangha

Le Bharat Sevashram Sangha  – littéralement « la communauté au service de l’Inde» – est une  secte hindoue qui a été fondée en 1923 par un ascète bengali. Elle est réputée au Bengale pour le sérieux de son action philanthropique, notamment dans le domaine de la santé. Mais elle se distingue par son militantisme et sa défense d’un hindouisme musclé. À partir d’une étude ethnographique de son action dans plusieurs sites de pèlerinage hindou (Bénarès, Gangasagar, Gaya) ainsi que de l’analyse de sa littérature et de son histoire, j’interroge, dans cette communication, l’articulation entre hindouisme sectaire et hindouisme non sectaire sur le plan tant des réseaux que du territoire.

Présentation par Grégoire SCHLEMMER (anthropologue, IRD), du numéro thématique (2012) de la revue Moussons qu’il coordonne : Rituels, territoires et pouvoirs dans les marges sino-indiennes.

Faisant suite à l’idée de Paul Mus de l’existence d’une « religion cadastrale » constitutive de l’organisation socio-religieuse du « socle asien », ce volume propose une approche comparative les rituels liés à la prospérité du territoire des populations vivant en marge des mondes chinois, indien et sud-est asiatique, ce que nous appelons ici les « marges sino-indiennes ». Il rassemble des études ethnographiques inédites menées dans différents pays (Népal, Inde, Chine, Thaïlande, Laos), qui éclairent les spécificités de chaque configuration locales tout en révélant une logique globale, liée aux enjeux que ces rituels révèlent. En légitimant l’occupation d’un territoire et en favorisant sa fertilité, ces rituels sont en effet le lieu de cristallisation de nombreux enjeux imbriqués qui impliquent tout à la fois les rapports au territoire, les sources de la subsistance, mais aussi les formes d’appartenance et l’exercice du pouvoir, au sein de ces groupes comme dans leurs relations avec leurs voisins. Ces rites liés au territoire, expression du local, ne seraient pas à percevoir comme des résidus d’un ancien état de culture resté à l’écart des civilisations, mais comme le résultat de processus qui se construisent dans l’interaction — à la fois entre groupes et avec les centres de pouvoir régionaux — processus d’interactions qui, sur le long terme, ont contribué à façonner le fond de culture commun de ces régions périphériques de l’Asie.

Dans l’espoir de vous voir nombreux jeudi 18 octobre,

Bien cordialement,

Mathieu Claveyrolas & Rémy Delage

Séance du 14 juin 2012, CEIAS-EHESS, Paris

La prochaine séance de l’équipe se tiendra jeudi 14 juin 2012 de 9h30 à 13h30 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, en salle 662.

Nous aurons le plaisir d’entendre les interventions suivantes, discutées par Olivier HERRENSCHMIDT (professeur émérite, Université Paris Ouest-Nanterre) :

Eric FERRIE (anthropologue, docteur de l’Université Paris-Ouest Nanterre), Les ‘bosquets sacrés’ au Maharashtra: divinités, territoire et localité

Daniel NEGERS (anthropologue, maître de conférences INALCO), Le territoire d’une localité, système des castes et espaces religieux (Andhra Pradesh)

Emilie ARRAGO-BORUAH (doctorante en anthropologie sociale, EHESS-LAHIC), Le cas régional des śākta pīṭha : les temples de Kāmākhyā en Assam

Les śākta pīṭha désignent tous les sites de l’hindouisme tantrique du sous-continent indien où sont tombés les membres de la déesse Sati. Plusieurs travaux classiques sont disponibles sur ce sujet, de la liste géographique des lieux sacrés (D. C. Sircar, 1948) à la traduction de ce mythe (Heinrich Zimmer, 1948). Je résume à titre introductif l’essentiel mais dans le but de focaliser mon attention sur une partie excentrée de l’Inde où cette implantation religieuse a acquis résidence de façon significative au fil des siècles et des littératures savantes. Mon but est de saisir les enjeux et d’étudier à un niveau régional et local ce qui singularise cette tradition qui délimitait à l’origine les frontières de la nation indienne en plaçant les premiers sites sacrés aux quatre points cardinaux de l’Inde. L’ethnographie proposée se situe en Assam autour du grand temple de Kāmākhyā, connu pour abriter dans sa crypte le sexe de Sati. En partant de ce site caractéristique du mouvement śākta, situé dans la capitale, j’élargie ici mon enquête à d’autres localités plus reculées et moins célèbres. Quatre autres temples de Kāmākhyā existent en effet aujourd’hui dans le Bas-Assam. Nous interrogeons l’histoire de leur institution et leur rapport au grand temple en considérant à la fois leur position géographique et la diversité des identités (culturelles et linguistiques) qui participent à son culte.

Catherine SERVAN-SCHREIBER (anthropologue, CNRS, CEIAS), Musiques dévotionnelles hindoues et conquête de l’espace public: le cas de l’île Maurice

Dans le renouveau d’un hindouisme militant à l’île Maurice, l’investissement des espaces publics par une récente floraison de petits autels  ou de grandes sculptures, tout comme la construction ou la rénovation des temples, se font dans une atmosphère de surenchère entre dévots bhojpuris et tamouls. Au plan musical, cette conquête de l’espace public se double de l’essor d’une musique religieuse incluant tantôt la mise à l’honneur de nouveaux répertoires (cf. les chants tamouls pour la fête de Tirunanasambandan), une recrudescence des concours de chants religieux, et surtout, la  commercialisation d’une musique dévotionnelle  « made in Mauritius ». Il s’agit de s’affranchir des répertoires de bhajans et de kirtans importés de l’Inde, pour réaliser des programmes musicaux autonomes, que l’on diffusera surtout dans les longs moments de préparation précédents le culte,  à l’extérieur  du temple.  A Goodlands, fief bhojpuri, s’ouvriront des commerces de musique dévotionnelle en hindi, avadhi  et bhojpuri, tandis qu’à Rose Hill, la musique dévotionnelle tamoule sera accessible dans les boutiques  qui entourent le marché. On s’interrogera sur l’impact de pratiques musicales dévotionnelles n’ayant cessé d’évoluer depuis les recommandations de l’Arya Samaj lors de l’arrivée de ses premiers missionnaires en 1910.

Dans l’espoir de vous voir nombreux jeudi 14 juin,

Bien cordialement,

 Mathieu Claveyrolas & Rémy Delage

Séance du 9 février 2012, CEIAS-EHESS, Paris

La prochaine séance de l’équipe se tiendra jeudi 9 février 2012 de 10h00 à 13h00 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, en salle 662.

Nous aurons le plaisir d’entendre les interventions suivantes :

– Christine GUILLEBAUD (ethno-musicologue, CNRS/LESC-CREM, Université Paris Ouest-Nanterre)

L’ingénierie sonore du rituel : étude de quelques dispositifs spatiaux-phoniques en Inde du Sud, discutée par Jean-Claude GALEY (EHESS/CEIAS)

Les récents travaux en anthropologie du sonore abordent chacun à leur manière la question des propriétés sensibles des sons ambiants, les modalités socio-culturelles de construction du temps et de l’espace, ou encore la force du sonore à créer du lien communautaire. C’est en tenant compte de ces dimensions fondamentales que cette présentation interrogera certains lieux de culte en Inde du Sud : un temple aux divinités serpents (Mannarsala, Kerala) et différents temples à Siva au Tamil Nadu. Il s’agira de comparer ces espaces et de dégager des logiques communes d’organisation du sonore, en tenant compte des dispositifs techniques de diffusion (instruments, cloches, enregistrements etc.), de leur distribution spatiale et perceptive, ainsi que des discours contrastés dont ils font l’objet.

– Savitri JALAIS (architecte, IPRAUS, Université Paris-Est)

Le front du Gange à Bénarès : de l’unité d’un ghāṭ à la composition d’une berge sacrée, discutée par Caterina GUENZI (EHESS/CEIAS)

Les ghāṭ – berges en forme de gradins, répandues dans l’architecture de l’eau en Asie du Sud, épousent de près à Bénarès, le long du Gange, la berge escarpée de sa rive gauche. Ils permettent l’accès à l’eau quel que soit son niveau, entre crue et étiage, réunissant la ville au fleuve ou, tout particulièrement, dans le contexte de Bénarès, le temple au fleuve sacré. Les traces du déplacement entre ces deux éléments sont inscrites dans la topographie du lieu et créent peu à peu un passage qui aboutit à la construction en pierre d’un ghāṭ. Avec la construction progressive de la berge, à ces premiers passages transversaux s’ajoute un parcours longitudinal sur l’ensemble du front fluvial de la ville. Le développement de ce front d’eau dans le temps et la manière composite dont les éléments architecturaux s’articulent, interrogent aujourd’hui cette grande unité urbaine. Quel est le potentiel urbanistique du dispositif spatial des ghāṭ inhérent à son développement dans le temps et le long de la berge ?

Séance du 29 septembre 2011, CEIAS-EHESS, Paris

Dynamiques de re-territorialisation du religieux hors de l’Inde. Les cas de Maurice et La Réunion.

La séance de l’équipe se tiendra le jeudi 29 septembre 2011 de 09h00 à 13h30 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, salle 662.

Compte-rendu de lecture :

Rémy Delage (CNRS, CSH) et Charlène Simon (Doctorante EHESS, CEIAS) présenteront le compte-rendu d’ouvrage suivant : Migrations et transformations des paysages religieux, édité par Stefania Capone et Sophie Bava (Autrepart n° 56, 2010, Presses de Sciences Po-IRD Editions, 271 p).

Présentations :

– Ingrid Therwath (CSH, New Delhi) et Anouck Carsignol-Singh (Post-doctorante, IHEID, Genève) : Pratiques religieuses et pratiquants à la Réunion: circulations et appropriations de l’espace.

– Mathieu Claveyrolas (CNRS, CEIAS) : L’Inde, la mer et la plantation : les territoires de l’hindouisme mauricien.

– Pierre-Yves Trouillet (Post-doctorant, IFP, Pondichéry) : La reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à l’Ile Maurice, ou la reconstruction religieuse du territoire en situation de diaspora.

Discutants :

Stefania Capone est anthropologue, Directrice de recherche au CNRS. Membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC), elle conduit des recherches ethnographiques au Brésil, à Cuba et aux États-Unis. Travaillant sur les processus de transnationalisation des religions afro-américaines, Stefania Capone est membre du projet Relitrans.

Gilles Tarabout est ethnologue, Directeur de recherche au CNRS. Il dirige actuellement le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC), CNRS-Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, et a été membre du CEIAS de 1986 à 2009. Gilles Tarabout s’intéresse notamment aux rapports entre société et religion en Inde du Sud et participe à un projet de recherche axé sur les questions de justice et de gouvernance dans l’Inde contemporaine (Just-India).

Pierre-Yves Trouillet, lauréat du prix de thèse 2011 de l’AFSR

Nous sommes heureux de vous annoncer que le conseil de l’Association Française de Sciences Sociales des Religions (AFSR) a décerné son prix de thèse 2011 à Pierre-Yves Trouillet, membre de l’équipe TERAS, pour son travail Une géographie sociale et culturelle de l’hindouisme tamoul. Le culte de Murugan en Inde du Sud et dans la diaspora et lui propose de le publier prochainement.

Ce prix lui a été attribué ex aequo avec Julia David pour sa thèse de sciences politiques intitulée Ni réaction ni révolution. La critique du progrès des intellectuels juifs depuis l’entre-deux-guerres: une voix française ?.

 

Séance du 24 mai 2011, CEIAS-EHESS, Paris

La séance de l’équipe se tiendra le mardi 24 mai 2011 de 09h00 à 13h00 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, salle 662.

1/ Deux présentations :

– Jörg Gengnagel (South Asia Institute, Heidelberg University): Spatial Texts, Religious Cartography and Pilgrimage Practice. Case Studies from Banaras and Jaipur, discuté par Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, Paris):

In this talk I will present a few case studies where a simultaneous look at textual prescriptions, religious cartography and pilgrimage practice illustrates conflicts and contestations linked to religious territory. In the presented cases the normative “spatial texts” seem to reflect and highlight a tension between textual prescription and actual practice. I would like to take up these examples in order to discuss whether the religious elites have the power to shape and control a “territoire du religieux” or whether the normative power of texts and elites seems to be rather limited. The presented material includes texts and religious and topographical maps collected at the Varanasi Research Project in Heidelberg and is in one instance based on research in Jaipur.

– Véronique Bouillier (CEIAS, Paris) : Enracinement monastique et itinérance : une relation dialectique au cœur de l’identité sectaire des Nath Yogis, discutée par Adeline Herrou (Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre) :

A partir du cas des Nath Yogis, je vais m’interroger sur la nécessaire complémentarité entre les mouvements de dispersion des ascètes itinérants et le regroupement et ancrage territorial qu’opèrent les institutions monastiques. Au-delà de leur différence fonctionnelle, on peut y lire aussi un rapport hiérarchique où l’itinérance fonctionne comme facteur de légitimation.

2/ Deux comptes-rendus d’ouvrages à discuter :

– Mathieu Claveyrolas présentera l’ouvrage South Asian Religions on Display. Religious processions in South Asia and in the Diaspora, édité par Knut Jacobsen (2008, Routledge).

– Rémy Delage lira en son absence le compte-rendu d’ouvrage préparé par Charlène Simon (Doctorante EHESS, CEIAS) : Migrations et transformations des paysages religieux, édité par Stefania Capone et Sophie Bava (Autrepart n° 56, 2010, Presses de Sciences Po).

3/ Présentation du blog « TERAS » :

Pierre-Yves Trouillet présentera l’ambition et le fonctionnement du blog de l’équipe, récemment mis en service.

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website

TERAS

L’ambition de cette équipe quadriennale portée par deux membres du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, Mathieu Claveyrolas et Rémy Delage, est de rassembler des chercheurs (historiens, anthropologues ou géographes) partageant les problématiques liées à l’articulation entre territoires, lieux saints et circulations religieuses.

Spécialistes de l’Inde ou d’autres pays d’Asie du Sud, les membres de l’équipe travaillent sur les modalités de l’ancrage territorial du religieux qui ne peut être étudié séparément des différents modes d’organisation sociale (castes, parenté) et spatiale (divisions administratives héritées de la colonisation et catégories vernaculaires de l’espace géographique). Ils s’attachent notamment à rendre compte des différentes échelles articulant les territoires du religieux (logiques des substituts, répliques singulières et locales de l’universel) comme autant de modalités de construction d’un territoire unique et de sa mise en relation. Les études du pèlerinage semblent particulièrement pertinentes pour notre propos. En effet, le pèlerinage est un phénomène circulatoire permettant de relier les lieux saints entre eux sur de plus ou moins longues distances. Différentes catégories d’individus (marchands, travailleurs, ascètes, pèlerins, migrants) participent à l’animation d’un territoire que l’on qualifiera alors de circulatoire et cosmopolite, et dont les lieux constituent les nœuds. D’un côté, la circulation pèlerine renvoie à l’idée de voyage, une expérience particulière du mouvement dans l’espace et le temps. D’un autre côté, les pèlerinages participent à la reconstruction du territoire (local, régional ou national) et, plus largement, à la réorganisation de la géographie des flux migratoires.

Autant de pistes pour explorer les liens entre territoires du religieux, organisations sociales et identités collectives, en étudiant les pratiques et représentations de l’espace géographique attachées à un lieu saint ou un pèlerinage. Selon les cas, seront privilégiées l’étude monographique (histoire de vie, lieu saint, site de pèlerinage, localité), l’étude des réseaux ou des circulations (pèlerinages et migrations, par exemple) et/ou les points de vue historique et textuel.

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website