L’hindouisme malbar et le Renouveau Tamoul à la Réunion : entre syncrétisme et orthodoxie

Depuis la fin des années 1970, deux mouvements identitaires idéologiquement opposés coexistent dans l’île de la Réunion : le mouvement pour la Malbarité, volontairement populaire, et le Renouveau Tamoul, plus élitiste. Le premier défend le patrimoine et les cultures hindoues locales, créolisées et syncrétiques, tout en portant sur l’orthodoxie brahmane et le système des castes un regard critique. Il s’emploie à préserver les temples et « chapelles » hindoues marquées par l’engagisme et la créolisation de la société et de l’hindouisme réunionnais. Quant au Renouveau Tamoul, il est dans une logique de valorisation ethnique en mettant en avant les liens culturels, linguistiques et architecturaux avec le Tamil Nadu (Inde), tout en se démarquant de l’hindouisme créole malbar. La modernisation et la reconstruction des temples, en conformité avec les traditions architecturales de l’Inde du Sud, est une des conséquences les plus visibles de ce mouvement. Les temples hindous populaires des premiers migrants sont désormais souvent remplacés par des bâtiments neufs conçus et construits par des ouvriers indiens – propulsés au rang d’architectes à la Réunion.

1- Une « chapelle » (temple hindou) privée à l’intérieur de l’enceinte d’une plantation sur les hauts de Bois Rouge. A leur arrivée dans l’île, les engagés hindous devaient souvent pratiquer leur religion dans la clandestinité et, officiellement convertis au catholicisme, pratiquaient la « double religion ». Au fur et à mesure des années, ils érigèrent, avec la bienveillance des planteurs qui y voyaient un instrument supplémentaire de contrôle social, des temples sur leur lieu de travail. Ces temples, appelés « chapelles » ou « sapèl » en créole, sont toujours utilisés et la « double religion » toujours pratiquée.

d

d

d

2- L’intérieur du temple de la commune du Port, typique de l’hindouisme populaire créolisé et défendu par les hérauts de la « Malbarité ». Du bois est entassé pour une prochaine marche sur le feu, tandis que flotte le Nargoulan, drapeau syncrétique de l’hindouisme indien-océanique.

d

d

d

d

d

3- La stèle en mémoire aux engagés indiens posée, de manière clandestine, par le Tamij Sangam à l’occasion de Dipavali (1997), sur le site du Lazaret de la Grande Chaloupe. Cette stèle communautaire a alerté les pouvoirs publics sur la fragilité du site et a accéléré un ambitieux programme (financé par le Conseil Général depuis 2004) de réhabilitation pour en faire un lieu de mémoire de tous les Réunionnais.

d


d

d

4- Le « koilou » (temple) de Saint-Denis en pleine rénovation en mai 2011.


 

 

 

 

Publié par Ingrid THERWATH (CSH, New Delhi), auteur du texte et des photographies (tous droits réservés).

d

Toponymie et transfert du territoire hindou à l’île Maurice

La toponymie est un vecteur privilégié de transfert des territoires, notamment en contexte de migration. A l’île Maurice, la plupart des villes, villages et lieux-dits portent des noms français (Mahébourg, St Pierre, Rivière-du-Rempart), voire anglais (Rose Hill, Goodlands). La dénomination du village d’après le « camp » de l’usine sucrière reste également très présente (Camp Pavé, Camp de Masque, Camp Diable). Mais malgré l’assimilation de l’île Maurice à « Little India » (ou Chota Bharat en hindi), «Petite Bénarès » ou « India abroad » (pour les prospectus touristiques), peu de localités mauriciennes portent des noms rappelant le lien avec l’Inde, à l’exception de cette « Bénarès » et d’un « Bramsthan » à l’est de l’île.

Les noms de rues, par contraste, renvoient très souvent à l’Inde (rues Mahatma Gandhi, Nehru ou Indira Gandhi) et à l’hindouisme (kalimai road, Telugu temple road, Arya mandir road, etc.). Les noms des lieux de culte et divinités locales hindoues sont, eux, systématiquement reliés à l’Inde (tel pour le Madurai Minakshi kovil à Port-Louis).

 

1.  Au Sud de l’île Maurice, panneau d’entrée d’un village nommé d’après la ville sainte indienne, et entouré des champs de canne à sucre. Sur le bord de la route, les fleurs jaunes des buissons d’allamanda, associées au culte hindou dont elles constituent l’une des principales offrandes.

 

 

 

 

2. Dans le village de Cottage (île Maurice), rue nommée d’après le « temple », ici le kovil (temple tamoul) présent à l’arrière-plan.

 

 

 

 

3. Près du village d’Espérance-Trébuchet (île Maurice), au milieu des champs de canne, kalimai (autel de plantation) portant à son fronton l’inscription « Welcome to Vrindavan » [lieu de pèlerinage de Krishna en Inde].

 

Publié par Mathieu Claveyrolas (CEIAS), auteur des photographies (tous droits réservés).