Séance du 18 octobre 2012, CEIAS-EHESS, Paris

La prochaine séance de l’équipe se tiendra jeudi 18 octobre 2012 de 9h30 à 12h00 à l’EHESS, 190-198, avenue de France, en salle 662.

Nous aurons le plaisir d’entendre les interventions suivantes, dont les résumés seront mis en ligne très prochainement:

Michel BOIVIN (historien, CNRS/CEIAS), Comment le soufisme détermine-t-il les lieux saints sindhis en Inde

En 1947, près d’un million d’hindous ont quitté le Sindh devenu pakistanais pour émigrer en Inde. Majoritairement établis dans la région de Bombay, le Gujarat, le Rajasthan et Delhi, leurs coreligionnaires les ont souvent taxés de ‘mauvais hindous’ à cause de la vénération qu’ils avaient pour les soufis du Sindh. Cette communication propose d’examiner quel rôle jouent les référents soufis dans l’organisation des lieux saints ou darbars des Sindhis en Inde. Située dans une perspective de moyenne durée, l’analyse s’appuiera sur l’étude de trois darbars : Mulchand Faqir, Nimano Faqir et Rochaldas. Elle sera principalement centrée sur l’organisation de l’espace, mais également sur l’insertion d’autres référents soufis dans l’iconographie et la pratique quotidienne et festive des rituels.

Raphaël VOIX (ethnologue, post-doctorant CEIAS), Une secte bengalie en territoire hindou : le cas du Bharat Sevashram Sangha

Le Bharat Sevashram Sangha  – littéralement « la communauté au service de l’Inde» – est une  secte hindoue qui a été fondée en 1923 par un ascète bengali. Elle est réputée au Bengale pour le sérieux de son action philanthropique, notamment dans le domaine de la santé. Mais elle se distingue par son militantisme et sa défense d’un hindouisme musclé. À partir d’une étude ethnographique de son action dans plusieurs sites de pèlerinage hindou (Bénarès, Gangasagar, Gaya) ainsi que de l’analyse de sa littérature et de son histoire, j’interroge, dans cette communication, l’articulation entre hindouisme sectaire et hindouisme non sectaire sur le plan tant des réseaux que du territoire.

Présentation par Grégoire SCHLEMMER (anthropologue, IRD), du numéro thématique (2012) de la revue Moussons qu’il coordonne : Rituels, territoires et pouvoirs dans les marges sino-indiennes.

Faisant suite à l’idée de Paul Mus de l’existence d’une « religion cadastrale » constitutive de l’organisation socio-religieuse du « socle asien », ce volume propose une approche comparative les rituels liés à la prospérité du territoire des populations vivant en marge des mondes chinois, indien et sud-est asiatique, ce que nous appelons ici les « marges sino-indiennes ». Il rassemble des études ethnographiques inédites menées dans différents pays (Népal, Inde, Chine, Thaïlande, Laos), qui éclairent les spécificités de chaque configuration locales tout en révélant une logique globale, liée aux enjeux que ces rituels révèlent. En légitimant l’occupation d’un territoire et en favorisant sa fertilité, ces rituels sont en effet le lieu de cristallisation de nombreux enjeux imbriqués qui impliquent tout à la fois les rapports au territoire, les sources de la subsistance, mais aussi les formes d’appartenance et l’exercice du pouvoir, au sein de ces groupes comme dans leurs relations avec leurs voisins. Ces rites liés au territoire, expression du local, ne seraient pas à percevoir comme des résidus d’un ancien état de culture resté à l’écart des civilisations, mais comme le résultat de processus qui se construisent dans l’interaction — à la fois entre groupes et avec les centres de pouvoir régionaux — processus d’interactions qui, sur le long terme, ont contribué à façonner le fond de culture commun de ces régions périphériques de l’Asie.

Dans l’espoir de vous voir nombreux jeudi 18 octobre,

Bien cordialement,

Mathieu Claveyrolas & Rémy Delage