Le cas régional des Śākta pīṭha : les temples de Kāmākhyā en Assam, 14 juin 2012

Emilie ARRAGO-BORUAH (EHESS, LAHIC)

Le cas régional des Śākta pīṭha : les temples de Kāmākhyā en Assam. Discutant : Olivier HERRENSCHMIDT (Université Paris-Ouest La Défense)

 

Iconographie contemporaine de Kamakhya, son mythe et sa localisation en Assam.

Résumé de l’Intervention

Cette intervention vise à montrer que l’implantation des śākta pīṭha dans le nord-est de l’Inde fournit une excellente illustration du contrôle des territoires et des groupes de populations extrêmement variés. Sites sacrés où sont tombés les morceaux du corps de la Déesse, les śākta pīṭha ont traditionnellement une vocation territoriale. Ils associent la nation indienne au corps de la Déesse dont l’identité religieuse a servi aux mouvements nationalistes hindous des dernières décennies.

On s’attachera ici à définir l’évolution contemporaine de ce mythe ancien en s’appuyant sur le site le plus connu de tous, qui est aussi le plus excentré : le siège de la déesse Kāmākhyā en Assam. Non seulement sa localisation est stratégique mais elle participe au fil des siècles à différents processus de territorialisation, d’abord par le biais des fameux pīṭha et plus tard par ses déplacements sur le territoire. Cet exposé vise à donner une lecture moderne de ce mythe géographique en expliquant son origine et ses enjeux dans la région par rapport à une situation identique à celle d’aujourd’hui. Le nord-est indien est en effet un territoire sensible, par ses frontières certes mais aussi par la recrudescence de certains groupes ethniques armés qui revendiquent la création d’Etats séparés. Depuis 1963, plusieurs Etats sont créés à la tête desquels apparaissent clairement des identités non hindoues comme le Nagaland, pour ne citer que cet exemple.

Une première partie présente d’abord la littérature savante qui s’attache à géographier cette tradition dans le nord-est indien, en particulier à Kāmākhyā. Une deuxième partie montre comment ce mythe a en définitive donné du sens à cet espace, d’abord en créant des territoires hindous par le biais de Déesses tutélaires liées au corps de Satī, puis en organisant cet espace en régions. Ce deuxième aspect implique à la fois la cartographie d’une nature hostile mais aussi d’une diversité ethnique et linguistique qui commençait à croître aux alentours du 11ème siècle dans la vallée du Brahmapoutre. Enfin, une troisième partie est consacrée à l’évolution contemporaine de ce mythe qui continue à fonctionner de la même façon mais par le biais, non plus des pīṭha, mais des déplacements de Kāmākhyā sur un même territoire, qu’il nous faudra ultimement identifier.

Bibliographie

Anundoram BOROOAH, Ancient Geography of India, Guwahati, Publication Board of Assam : 1971 [1877].

Diana L. ECK, India : A Sacred Geography, (en particulier le chapitre 6 : « Shakti, the distribution of the Body of the Goddess »), New York, Harmony Books : 2012.

Anne FELDHAUS, Connected Places : Region, Pilgrimage and Geographical Imagination in India, (en particulier le chapitre 3 : « Travelling Goddesses »), New-York, Palgrave MacMillan : 2003.

Hara-Gaurī Samvāda, édité par Biswanarayan Shastri et Narendra Nath Sarma, Guwahati, Kamrupa Anusandhana Samiti (Research Society) : 2003.

Maheswar NEOG, Pavitra asam, Guwahati: Lawyer’s Book Stall : 1969 [1960].

Siddhantavagisa PITAMBARA, Tīrtha kaumudī, Edité par Biswanarayan Sastri, Guwahati : Anundoram Borooah Institute of Language : 1998.