Musiques dévotionnelles hindoues et conquête de l’espace public : le cas de l’île Maurice, 14 juin 2012

Catherine SERVAN-SCHREIBER (CNRS, CEIAS)

Musiques dévotionnelles hindoues et conquête de l’espace public : le cas de l’île Maurice. Discutant : Olivier HERRENSCHMIDT (Université Paris-Ouest La Défense)

 

 

 

 

Page du journal mauricien Darpan, juillet 2008.

 

 

 

 

 

 

Résumé de l’intervention

Dans le renouveau de l’hindouisme à l’île Maurice, l’investissement des espaces publics par une floraison de petits autels ou de grandes sculptures, tout comme la construction ou la restauration des temples, se font dans une atmosphère de surenchère. Au plan musical, cette conquête de l’espace public se double de l’essor d’une musique religieuse incluant la mise à l’honneur de nouveaux répertoires, une recrudescence des concours de chants religieux, et la commercialisation d’une musique dévotionnelle « made in Mauritius ». Il s’agit de s’affranchir des répertoires de bhajans et de kirtans importés de l’Inde, pour réaliser des programmes musicaux autonomes, que l’on diffusera surtout dans les longs moments de préparation précédant le culte, à l’extérieur  du temple. A Goodlands s’ouvriront des commerces de chants religieux en hindi, avadhi  et bhojpuri, tandis qu’à Rose Hill, la musique dévotionnelle tamoule sera accessible dans les boutiques  qui entourent le marché. Inclure le rapport « espace et musique religieuse » rejoint aussi la dimension « d’émotion » inhérente à la bhakti (Claveyrolas 2003). Cette émotion, et le rôle de la musique dans les cérémonies, s’incarnent dans la nouvelle de Sakoontala Boollel, Le dû de Civa, décrivant la fête de Mahashivaratri : « Djenia se retrouvait  à défiler sereinement avec les pèlerins du coin dans les rues de Port-Louis et des plaines Wilhems jusqu’au lac sacré. Le moindre geste rituel fut accompli délicatement. L’encens posé dans le récipient de cuivre, le bâtonnet de santal piqué dans la banane, la prière récitée sans fausse note et l’eau versée sur la tête de la divinité. C’était merveilleux. La musique sacrée que faisaient résonner les hauts parleurs fortifiait son âme».

Soulignant que les pratiques musicales dévotionnelles n’ont cessé d’évoluer depuis les recommandations de l’Arya Samaj, lors de l’arrivée de ses premiers missionnaires en 1910, on distingue 5 étapes selon lesquelles les répertoires s’enchaînent et se succèdent dans un climat alternatif d’obédience, de distanciation et d’émancipation par rapport à l’Inde. Avec cette chronologie, rappelons aussi  l’importance de conquérir l’espace musical dans une société multi-culturelle et multi-religieuse comme l’est celle de Maurice. A partir  de 1835, avec l’arrivée des engagés sur les plantations, on accompagne de chants le culte rendu aux petits sanctuaires à l’orée des villages, les Kalimais. Le  succès de la Bahariya puja, (puja extérieure, avec chants), est assuré. La musique investit les espaces extérieurs. 1870-80, ces années voient  l’entrée de la musique au temple. Elle est apparue comme un privilège. Ce faisant, elle marque une étape où le répertoire religieux s’inscrit dans un espace invisible aux autres communautés. La fin  des années 1880 coïncide avec la mise en place des grandes processions publiques musicales hindoues, surtout celles de Holi et de Mahashivaratri. A partir de 1911, une nouvelle étape met en jeu diverses dynamiques d’occupation de l’espace urbain. Elle correspond au prosélytisme de l’Arya Samaj, en faveur des nagarkirtans. Toutefois, le modèle du nagarkirtan urbain ne sera pas définitivement retenu. Enfin, dans les années 1990, il s’agit surtout d’étendre la pratique du chant religieux dans des lieux non religieux, plages publiques, town halls, stades, supermarchés, et ultime conquête de l’espace, l’espace télévisé, à travers la Mauritius Broadcasting Corporation (la MBC).

Du fait de l’héritage d’une situation de diaspora et du statut inégal des langues indiennes, la pratique du chant religieux n’est pas facile. Dans le cas du Ramayana de Tulsidas, et des bhajans en avadhi et en braj, elle demande un énorme travail d’impression et de transcription en alphabet roman des textes, et un effort  de mémorisation de l’avadhi… Sont alors également espérés l’apport d’un intérêt de la part du secteur touristique, la patrimonialisation des répertoires, et la reconnaissance de la signature individuelle du chanteur.

Bibliographie

Bhagat Ramyad, Gawtami, Global Impact of Indian Music, with special reference to Mauritius, New Delhi, Sanjay Prakashan, 2007.

Boodhoo, Sarita, Bhojpuri Traditions in Mauritius, Port-Louis, Mauritius Bhojpuri Institute, 1999.

Boolell, Shakuntala, La femme enveloppée et autres nouvelles de Maurice, Vacoas, Editions le Printemps, 1996.

Carsignol, Anouck, L’Inde et sa diaspora. Influences et intérêts croisés à l’île Maurice et au Canada, Genève, The Graduate Institute Publications,  2011.

Chazan, Suzanne, et Pavitranand Ramhota, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation. Cultes populaires indiens et religion savante. Paris, Karthala, 2009.

Claveyrolas, Mathieu, Quand le temple prend vie. Atmosphère et dévotion à Bénarès, Paris, Editions du CNRS, 2003.

Claveyrolas, Mathieu, « L’ancrage de l’hindouisme dans le paysage mauricien : transfert et appropriation », in Sophie Bava & Stefania Capone, eds, Migrations et transformations des paysages religieux, Autrepart n°56, Presses de Sciences Po, 2010, pp.17-38

Claveyrolas,  Mathieu et Trouillet Pierre-Yves, Conférence « Kala pani » au séminaire de Catherine Clémentin-Ojha à l’EHESS, 13 mai 2011.

Desroches, Monique et  Ghyslaine Gertin, Eds., Construire le savoir musical. Enjeux épistémologiques, esthétiques et sociaux. Paris, L’Harmattan, 2003.

Desroches, Monique, Ed., Territoires musicaux mis en scène, Les Presses Universitaires de Montréal. 2011.

Guillebaud, Christine, et al, Pour une anthropologie des milieux sonores, Journées d’études internationale s organisées par le collectif Milson, 16 et 17 février 2012.

Manuel, Peter, Cassette culture, Popular Music and Technology in North India, Chicago, University of Chicago Press, 1993.

Myers, Helen, Music of  Hindu Trinidad. Songs from the India Diaspora. Chicago, Chicago U.P., 1998.

Ramyead, L.P. The Establishment and cultivation of Modern Standard Hindi in Mauritius, Moka, Mahatma Gandhi Institute, 1985.

Servan-Schreiber, Catherine, « Bhojpuri, Avadhi, Hindi, quelle langue pour la musique religieuse à l’île Maurice ? » Bulletin d’Etudes indiennes, n° 26-27, 2008-2009, pp. 153-191.

Trouillet, Pierre-Yves, Une géographie sociale et culturelle de l’hindouisme tamoul. Le culte de Murugan en Inde du sud et dans la diaspora, Thèse, Département de Géographie, Université de Bordeaux III,  2010.

Richard K. Wolf,  Ed., Theorizing the Local. Music, Practice, and Experience in South Asia and beyond, New York, Oxford University Press, 2009.

La reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à l’Ile Maurice, 29 septembre 2011

Pierre-Yves TROUILLET, Post-doctorant (IFP, CEIAS)

La reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à l’Ile Maurice, ou la reconstruction religieuse du territoire en situation de diaspora. Discutants: Stefania Capone (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre) et Gilles Tarabout (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre).

Résumé de l’intervention

L’existence de ce que de plus en plus d’auteurs nomment « une diaspora hindoue » et la multitude de temples hindous présents aujourd’hui hors de l’Inde invitent à s’interroger sur les modalités de la reterritorialisation de l’hindouisme en situation de diaspora. Dans cette optique, la présentation évoque le cas des Mauriciens hindous d’origine tamoule.

L’arrivée des Tamouls et l’introduction de leurs cultes à Maurice remontent au moins au XVIIIe siècle, bien avant l’engagisme et l’arrivée massive de travailleurs indiens majoritairement originaires du nord de l’Inde, venus remplacer les esclaves dans les plantations. Si les engagés nord-indiens et sud-indiens prient d’abord aux mêmes sanctuaires au XIXe siècle, l’accès à la terre entraîne ensuite une communautarisation progressive des lieux de culte des Tamouls hindous.

Le XXe siècle est marqué par l’ascension puis la domination politique des Hindous bhojpuriphones qui promeuvent un hindouisme de tradition sanskrite et nord-indienne, excluant implicitement, et dénigrant parfois, l’hindouisme dravidien. En réaction, les Tamouls se réclament d’une religion distinctement « tamoule » et non plus hindoue, ce qui alimente l’ethnicisation de l’hindouisme mauricien et conduit à l’apparition de nouvelles catégories ethnoreligieuses dans le recensement national au début des années 1980.

Cette affirmation identitaire des Tamouls de Maurice durant le XXe siècle se traduit aussi par une “renaissance” culturelle et religieuse, qui se manifeste par une multiplication des célébrations des fêtes dédiées aux divinités sud-indiennes, par un développement de l’enseignement de la langue tamoule, par la tenue de conférences internationales sur la culture et la diaspora tamoules, et surtout par une tendance de rénovation et d’orthodoxisation des temples tamouls (kôvil) dans le style « dravidien » (i. e. fondées sur les Âgama).

La multitude de lieux de culte ancrés dans le sol mauricien par les Tamouls depuis le XIXe siècle marque le paysage et participe à l’inscription et à l’affichage de l’identité distinctement tamoule dans le territoire national. Cette reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à Maurice est d’autant plus indissociable de la reconstruction religieuse du territoire des Tamouls dans l’île créole, que dans ce processus, le territoire d’origine est souvent imité voire reproduit. Plantations, villes et villages mauriciens sont protégés par des déesses tutélaires de localité issues du pays tamoul, et la majorité des temples et processions tamoules dédiée à des divinités originellement ancrées dans le territoire d’origine, telles que Draupadî-Amman et Murugan. Certains kôvil de l’Ile Maurice sont même reconnus comme les répliques de grands temples existant au pays tamoul, à commencer par le « Palani de Maurice » à Quatre-Bornes, surnommé ainsi en référence au célèbre temple collinaire de Murugan au Tamil Nadu.

Le « Palani de Maurice » sur le versant de la montagne Corps-de-Garde (Quatre-Bornes, Octobre 2008, © P-Y Trouillet)

Bibliographie :

CARSIGNOL, A., 2009, La diaspora et l’État-nation sur la scène internationale : Une étude de la population indienne à l’île Maurice et au Canada, Thèse de doctorat, Université de Genève, 496 p.

CHAZAN-GILLIG S. & P. RAMOTHA, 2009, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation : cultes populaires indiens et religion savante. Karthala-MGI-IRD, Marseille, Moka, 522 p.

CHEMEN, J., 2003, « Ethno-Religious Identity : A Study of Tamils in Mauritius ». Journal of Mauritian Studies, Moka, pp. 34-49.

DORY, D., VERDIER, R. & J.F. VINCENT (éd.), 1995, La Construction religieuse du territoire. L’Harmattan, Paris, 379 p.

RUKMANI, T.S. (éd.), 2001, Hindu Diaspora : Global Perspectives. Munshiram Manoharlal Publishers, New Delhi, 473 p.

SELVAM, S., 2003, « Religion and Ethnicity in the Indian Diaspora: Murugan Worship among Tamil-Hindus in Mauritius ». Journal of Mauritian Studies, Moka, pp.1-33.

VERTOVEC, S., 2000, The Hindu Diaspora : Comparative Patterns, Routledge, London, 172 p.

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website

Les territoires de l’hindouisme mauricien, 29 septembre 2011

Mathieu CLAVEYROLAS (CEIAS)

L’Inde, la mer et la plantation : les territoires de l’hindouisme mauricien. Discutants: Stefania Capone (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre) et Gilles Tarabout (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre).

Cap Malheureux (île Maurice, août 2009) - Lors du rite anniversaire du décès d’un proche, offrandes faites à la mer-Ganga qui les porte en Inde. © Mathieu Claveyrolas

Résumé de l’intervention

Parler de « territoire » à partir de l’île Maurice exige de parler des territoires au pluriel, territoires reliés, et territoires divers (religieux, administratifs, etc.). Entre centre du monde et escale vers le monde, l’île Maurice est un « territoire » qui n’offre pas l’évidence d’une identité stable.

Après avoir défini l’île Maurice comme une société créole, et décrit le territoire de la plantation, ses centres et frontières, ses traces dans le paysage mauricien, j’analyse l’influence de ce contexte de plantation local sur les territoires des divinités hindoues à Maurice, leurs significations, rôles et juridictions. Ainsi les premiers lieux de culte, les « temples de plantation » (kalimai) servent-ils entre autres à délimiter et protéger un territoire qui est celui du champ de canne (lieu de travail) et du camp (lieu d’habitation des travailleurs engagés). La souveraineté divine recoupe la propriété de la terre qui revient au planteur.

Les autels de plantation, même s’ils répliquent les structures villageoises indiennes, reflètent (dans  l’ordre socio-religieux qu’ils incarnent) l’intégration par l’hindouisme mauricien du contexte de plantation. L’étude de divinités (Dhi Baba, Bram Baba) et de leur évolution, permet de retracer l’affranchissement relatif de l’univers de la plantation qui suit l’ascension sociale de la communauté hindoue à Maurice, les premiers pèlerinages et la construction de nouveaux temples.

Dans une seconde partie, après une synthèse rapide de mon analyse du site de pèlerinage mauricien de Ganga Talao (illustration des différents liens entre territoires hindous mauricien et indien), je discute des modalités variées et parfois contradictoires de mobilisation de l’Océan indien en tant que trait d’union entre Maurice et Inde (la mer est alors porteuse de la Mère-Ganga) ou, au contraire, en tant que symbole de rupture (à l’image du récit identitaire créole né de l’expérience négrière).

En conclusion, le territoire hindou à Maurice ne se construit pas uniquement en tant que territoire indien perdu et territoire indien reconstruit. Il existe à Maurice d’indéniables points d’ancrage locaux à la construction des territoires, notamment l’idéologie et les réalités du système de plantation, qui avait et a transmis une organisation spécifique du territoire, que l’on retrouve dans l’hindouisme mauricien, et dans ses « territoires ».

Bibliographie

CHAZAN S. et RAMHOTA P., 2009, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation. IRD/MGI, Karthala.

CLAVEYROLAS, Mathieu, 2010, « L’ancrage de l’hindouisme dans le paysage mauricien : transfert et appropriation », in Sophie Bava & Stefania Capone, eds, Migrations et transformations des paysages religieux, Autrepart n°56, Presses de Sciences Po 2010/4, pp.17-38.

Toponymie et transfert du territoire hindou à l’île Maurice

La toponymie est un vecteur privilégié de transfert des territoires, notamment en contexte de migration. A l’île Maurice, la plupart des villes, villages et lieux-dits portent des noms français (Mahébourg, St Pierre, Rivière-du-Rempart), voire anglais (Rose Hill, Goodlands). La dénomination du village d’après le « camp » de l’usine sucrière reste également très présente (Camp Pavé, Camp de Masque, Camp Diable). Mais malgré l’assimilation de l’île Maurice à « Little India » (ou Chota Bharat en hindi), «Petite Bénarès » ou « India abroad » (pour les prospectus touristiques), peu de localités mauriciennes portent des noms rappelant le lien avec l’Inde, à l’exception de cette « Bénarès » et d’un « Bramsthan » à l’est de l’île.

Les noms de rues, par contraste, renvoient très souvent à l’Inde (rues Mahatma Gandhi, Nehru ou Indira Gandhi) et à l’hindouisme (kalimai road, Telugu temple road, Arya mandir road, etc.). Les noms des lieux de culte et divinités locales hindoues sont, eux, systématiquement reliés à l’Inde (tel pour le Madurai Minakshi kovil à Port-Louis).

 

1.  Au Sud de l’île Maurice, panneau d’entrée d’un village nommé d’après la ville sainte indienne, et entouré des champs de canne à sucre. Sur le bord de la route, les fleurs jaunes des buissons d’allamanda, associées au culte hindou dont elles constituent l’une des principales offrandes.

 

 

 

 

2. Dans le village de Cottage (île Maurice), rue nommée d’après le « temple », ici le kovil (temple tamoul) présent à l’arrière-plan.

 

 

 

 

3. Près du village d’Espérance-Trébuchet (île Maurice), au milieu des champs de canne, kalimai (autel de plantation) portant à son fronton l’inscription « Welcome to Vrindavan » [lieu de pèlerinage de Krishna en Inde].

 

Publié par Mathieu Claveyrolas (CEIAS), auteur des photographies (tous droits réservés).