Le voyage du Maharaja de Jaipur en Angleterre, 25 janvier 2011

Catherine CLEMENTIN-OJHA (CEIAS)

Kâlâpâni ou les limites à ne pas franchir. Le voyage du maharaja de Jaipur en Angleterre, 1902. Discutant : François Durand-Dastès (Professeur, Université de Paris VII)

L’article complet issu de cette présentation est consultable via ce lienRester-hindou-en mer

Résumé de l’intervention:

L’interdit du voyage outremer (samudrâyana) est attesté de longue date en Inde hindoue, mais c’est surtout entre le dernier tiers du 19e siècle et les années 1920 qu’il devient un problème social important. Il suscite des débats aussi passionnés que le remariage des veuves et la conversion au christianisme, autres formes de transgression des règles de caste. C’est tout particulièrement le cas parmi les hindous de « haute caste » pour qui la peur de contracter une impureté est bien réelle. Or c’est précisément parmi ces castes qui forment l’élite sociale de la société coloniale que se recrutent les candidats au voyage en Angleterre. Soupçonnés d’avoir perdu leur caste en traversant l’« eau noire » (kâlâpânî), ceux qui rentrent sont ostracisés par leur communauté. Quoique dans la plupart des cas leur vie reprenne son cours normal une fois qu’ils ont été rituellement purifiés par leur Conseil de caste, ils vivent cette situation comme une ignominie.

Le très orthodoxe maharaja de Jaipur Madhosingh II (r. 1880-1920) est donc confronté à un grave dilemme lorsqu’il est invité au couronnement d’Edouard VII en 1902. Comment pourrait-il franchir les limites spatiales à l’extérieur desquelles les hindous orthodoxes estiment ne plus pouvoir observer leurs activités socioreligieuses normalement ? Mais comment pourrait-il désobéir à son suzerain ? Cette invitation étant de celle qui ne se refuse pas, le maharaja, judicieusement conseillé par les pandits de sa cour, va conjuguer ces deux impératifs et entreprendre son voyage politique à Londres sans pour autant enfreindre la moindre règle religieuse. Il démontre qu’un hindou peut être un « bon hindou » à quelque endroit qu’il se trouve, y compris hors des limites de l’espace protégé de l’Inde, s’il s’enferme dans une sorte de cercle magique en évitant toute commensalité avec des non hindous. N’ayant contracté aucune souillure, il revient chez lui sans dommage pour sa réputation, sans avoir à se purifier.

A travers la singularité de ce voyage outremer, il s’est agi de réfléchir à la transformation du rapport des hindous au territoire de l’Inde à une époque où, du fait de leur intégration à l’espace colonial, ils furent confrontés au monde non hindou comme jamais ils ne l’avaient été au cours de leur histoire.

Bhuvanammu, tous droits réservés
Le maharaja ne pouvait se livrer à ses activités religieuses quotidiennes sans eau du Gange, aussi parmi les bagages qui l’accompagnèrent en Angleterre en 1902 se trouvaient deux énormes pots en métal argenté qui en contenait chacun plus de 8000 litres. L’un de ces pots est aujourd’hui exposé dans le hall du palais royal (City Palace) de Jaipur.

(Crédits photo: Bhuvanammu, tous droits réservés)

Références bibliographiques:

Goswami, Manu, Producing India. From Colonial Economy to National Space, Chicago, University of Chicago Press, 2004.

Lahiri, Shompa, Indians in Britain. Anglo-Indian Encounters, Race and  Identity 1880-1930, London, Frank Cass Publishers, 2000.

Saksena, Shiva Narayan, Jayapura naresa ki england yatra (le voyage en Angleterre du roi de Jaipur), Jaipur, 1922.

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website