L’hindouisme malbar et le Renouveau Tamoul à la Réunion : entre syncrétisme et orthodoxie

Depuis la fin des années 1970, deux mouvements identitaires idéologiquement opposés coexistent dans l’île de la Réunion : le mouvement pour la Malbarité, volontairement populaire, et le Renouveau Tamoul, plus élitiste. Le premier défend le patrimoine et les cultures hindoues locales, créolisées et syncrétiques, tout en portant sur l’orthodoxie brahmane et le système des castes un regard critique. Il s’emploie à préserver les temples et « chapelles » hindoues marquées par l’engagisme et la créolisation de la société et de l’hindouisme réunionnais. Quant au Renouveau Tamoul, il est dans une logique de valorisation ethnique en mettant en avant les liens culturels, linguistiques et architecturaux avec le Tamil Nadu (Inde), tout en se démarquant de l’hindouisme créole malbar. La modernisation et la reconstruction des temples, en conformité avec les traditions architecturales de l’Inde du Sud, est une des conséquences les plus visibles de ce mouvement. Les temples hindous populaires des premiers migrants sont désormais souvent remplacés par des bâtiments neufs conçus et construits par des ouvriers indiens – propulsés au rang d’architectes à la Réunion.

1- Une « chapelle » (temple hindou) privée à l’intérieur de l’enceinte d’une plantation sur les hauts de Bois Rouge. A leur arrivée dans l’île, les engagés hindous devaient souvent pratiquer leur religion dans la clandestinité et, officiellement convertis au catholicisme, pratiquaient la « double religion ». Au fur et à mesure des années, ils érigèrent, avec la bienveillance des planteurs qui y voyaient un instrument supplémentaire de contrôle social, des temples sur leur lieu de travail. Ces temples, appelés « chapelles » ou « sapèl » en créole, sont toujours utilisés et la « double religion » toujours pratiquée.

d

d

d

2- L’intérieur du temple de la commune du Port, typique de l’hindouisme populaire créolisé et défendu par les hérauts de la « Malbarité ». Du bois est entassé pour une prochaine marche sur le feu, tandis que flotte le Nargoulan, drapeau syncrétique de l’hindouisme indien-océanique.

d

d

d

d

d

3- La stèle en mémoire aux engagés indiens posée, de manière clandestine, par le Tamij Sangam à l’occasion de Dipavali (1997), sur le site du Lazaret de la Grande Chaloupe. Cette stèle communautaire a alerté les pouvoirs publics sur la fragilité du site et a accéléré un ambitieux programme (financé par le Conseil Général depuis 2004) de réhabilitation pour en faire un lieu de mémoire de tous les Réunionnais.

d


d

d

4- Le « koilou » (temple) de Saint-Denis en pleine rénovation en mai 2011.


 

 

 

 

Publié par Ingrid THERWATH (CSH, New Delhi), auteur du texte et des photographies (tous droits réservés).

d

La reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à l’Ile Maurice, 29 septembre 2011

Pierre-Yves TROUILLET, Post-doctorant (IFP, CEIAS)

La reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à l’Ile Maurice, ou la reconstruction religieuse du territoire en situation de diaspora. Discutants: Stefania Capone (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre) et Gilles Tarabout (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre).

Résumé de l’intervention

L’existence de ce que de plus en plus d’auteurs nomment « une diaspora hindoue » et la multitude de temples hindous présents aujourd’hui hors de l’Inde invitent à s’interroger sur les modalités de la reterritorialisation de l’hindouisme en situation de diaspora. Dans cette optique, la présentation évoque le cas des Mauriciens hindous d’origine tamoule.

L’arrivée des Tamouls et l’introduction de leurs cultes à Maurice remontent au moins au XVIIIe siècle, bien avant l’engagisme et l’arrivée massive de travailleurs indiens majoritairement originaires du nord de l’Inde, venus remplacer les esclaves dans les plantations. Si les engagés nord-indiens et sud-indiens prient d’abord aux mêmes sanctuaires au XIXe siècle, l’accès à la terre entraîne ensuite une communautarisation progressive des lieux de culte des Tamouls hindous.

Le XXe siècle est marqué par l’ascension puis la domination politique des Hindous bhojpuriphones qui promeuvent un hindouisme de tradition sanskrite et nord-indienne, excluant implicitement, et dénigrant parfois, l’hindouisme dravidien. En réaction, les Tamouls se réclament d’une religion distinctement « tamoule » et non plus hindoue, ce qui alimente l’ethnicisation de l’hindouisme mauricien et conduit à l’apparition de nouvelles catégories ethnoreligieuses dans le recensement national au début des années 1980.

Cette affirmation identitaire des Tamouls de Maurice durant le XXe siècle se traduit aussi par une “renaissance” culturelle et religieuse, qui se manifeste par une multiplication des célébrations des fêtes dédiées aux divinités sud-indiennes, par un développement de l’enseignement de la langue tamoule, par la tenue de conférences internationales sur la culture et la diaspora tamoules, et surtout par une tendance de rénovation et d’orthodoxisation des temples tamouls (kôvil) dans le style « dravidien » (i. e. fondées sur les Âgama).

La multitude de lieux de culte ancrés dans le sol mauricien par les Tamouls depuis le XIXe siècle marque le paysage et participe à l’inscription et à l’affichage de l’identité distinctement tamoule dans le territoire national. Cette reterritorialisation de l’hindouisme tamoul à Maurice est d’autant plus indissociable de la reconstruction religieuse du territoire des Tamouls dans l’île créole, que dans ce processus, le territoire d’origine est souvent imité voire reproduit. Plantations, villes et villages mauriciens sont protégés par des déesses tutélaires de localité issues du pays tamoul, et la majorité des temples et processions tamoules dédiée à des divinités originellement ancrées dans le territoire d’origine, telles que Draupadî-Amman et Murugan. Certains kôvil de l’Ile Maurice sont même reconnus comme les répliques de grands temples existant au pays tamoul, à commencer par le « Palani de Maurice » à Quatre-Bornes, surnommé ainsi en référence au célèbre temple collinaire de Murugan au Tamil Nadu.

Le « Palani de Maurice » sur le versant de la montagne Corps-de-Garde (Quatre-Bornes, Octobre 2008, © P-Y Trouillet)

Bibliographie :

CARSIGNOL, A., 2009, La diaspora et l’État-nation sur la scène internationale : Une étude de la population indienne à l’île Maurice et au Canada, Thèse de doctorat, Université de Genève, 496 p.

CHAZAN-GILLIG S. & P. RAMOTHA, 2009, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation : cultes populaires indiens et religion savante. Karthala-MGI-IRD, Marseille, Moka, 522 p.

CHEMEN, J., 2003, « Ethno-Religious Identity : A Study of Tamils in Mauritius ». Journal of Mauritian Studies, Moka, pp. 34-49.

DORY, D., VERDIER, R. & J.F. VINCENT (éd.), 1995, La Construction religieuse du territoire. L’Harmattan, Paris, 379 p.

RUKMANI, T.S. (éd.), 2001, Hindu Diaspora : Global Perspectives. Munshiram Manoharlal Publishers, New Delhi, 473 p.

SELVAM, S., 2003, « Religion and Ethnicity in the Indian Diaspora: Murugan Worship among Tamil-Hindus in Mauritius ». Journal of Mauritian Studies, Moka, pp.1-33.

VERTOVEC, S., 2000, The Hindu Diaspora : Comparative Patterns, Routledge, London, 172 p.

Pierre-Yves Trouillet

Geographer Permanent research fellow at CNRS Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (EHESS-CNRS), Paris

More Posts - Website

Les territoires de l’hindouisme mauricien, 29 septembre 2011

Mathieu CLAVEYROLAS (CEIAS)

L’Inde, la mer et la plantation : les territoires de l’hindouisme mauricien. Discutants: Stefania Capone (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre) et Gilles Tarabout (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, Nanterre).

Cap Malheureux (île Maurice, août 2009) - Lors du rite anniversaire du décès d’un proche, offrandes faites à la mer-Ganga qui les porte en Inde. © Mathieu Claveyrolas

Résumé de l’intervention

Parler de « territoire » à partir de l’île Maurice exige de parler des territoires au pluriel, territoires reliés, et territoires divers (religieux, administratifs, etc.). Entre centre du monde et escale vers le monde, l’île Maurice est un « territoire » qui n’offre pas l’évidence d’une identité stable.

Après avoir défini l’île Maurice comme une société créole, et décrit le territoire de la plantation, ses centres et frontières, ses traces dans le paysage mauricien, j’analyse l’influence de ce contexte de plantation local sur les territoires des divinités hindoues à Maurice, leurs significations, rôles et juridictions. Ainsi les premiers lieux de culte, les « temples de plantation » (kalimai) servent-ils entre autres à délimiter et protéger un territoire qui est celui du champ de canne (lieu de travail) et du camp (lieu d’habitation des travailleurs engagés). La souveraineté divine recoupe la propriété de la terre qui revient au planteur.

Les autels de plantation, même s’ils répliquent les structures villageoises indiennes, reflètent (dans  l’ordre socio-religieux qu’ils incarnent) l’intégration par l’hindouisme mauricien du contexte de plantation. L’étude de divinités (Dhi Baba, Bram Baba) et de leur évolution, permet de retracer l’affranchissement relatif de l’univers de la plantation qui suit l’ascension sociale de la communauté hindoue à Maurice, les premiers pèlerinages et la construction de nouveaux temples.

Dans une seconde partie, après une synthèse rapide de mon analyse du site de pèlerinage mauricien de Ganga Talao (illustration des différents liens entre territoires hindous mauricien et indien), je discute des modalités variées et parfois contradictoires de mobilisation de l’Océan indien en tant que trait d’union entre Maurice et Inde (la mer est alors porteuse de la Mère-Ganga) ou, au contraire, en tant que symbole de rupture (à l’image du récit identitaire créole né de l’expérience négrière).

En conclusion, le territoire hindou à Maurice ne se construit pas uniquement en tant que territoire indien perdu et territoire indien reconstruit. Il existe à Maurice d’indéniables points d’ancrage locaux à la construction des territoires, notamment l’idéologie et les réalités du système de plantation, qui avait et a transmis une organisation spécifique du territoire, que l’on retrouve dans l’hindouisme mauricien, et dans ses « territoires ».

Bibliographie

CHAZAN S. et RAMHOTA P., 2009, L’hindouisme mauricien dans la mondialisation. IRD/MGI, Karthala.

CLAVEYROLAS, Mathieu, 2010, « L’ancrage de l’hindouisme dans le paysage mauricien : transfert et appropriation », in Sophie Bava & Stefania Capone, eds, Migrations et transformations des paysages religieux, Autrepart n°56, Presses de Sciences Po 2010/4, pp.17-38.